Marta Renilla, de l’Espagne au Texas

762b-Renilla-AMarta Renilla est une jeune prodige du dressage. Elle n’avait pas beaucoup plus de 20 ans quand elle a commencé à voyager aux Etats-Unis et en Suisse pour donner régulièrement des stages de dressage.

Ses élèves étaient tous subjugués par sa maturité, sa faculté à ressentir le cheval et le cavalier, à détecter le problème et à le résoudre par des exercices curieusement efficaces. A cheval, elle était juste…à sa place, une évidence. Elle transformait les chevaux éteints en méconnaissables et brillantes montures.

Aujourd’hui, Marta a quitté son Espagne natale pour rejoindre les Etats-Unis, le Texas plus précisément, où elle a ouvert un centre d’entraînement,  Woodlands Equestrian Club  www.WoodlandsEquestrianClub.com

Mag:  Marta, racontez-nous votre parcours, de l’Espagne à Houston.

Marta Renilla: Je suis née à Leon, en Espagne, il y a 29 ans et j’ai fait un Business Degree à Madrid, tout en partageant ma vie avec ce merveilleux sport qu’est l’équitation et le dressage en particulier. J’ai vécu toute mon enfance à travers la passion de ma mère pour les chevaux. Ensemble, nous sommes passées de l’obstacle au dressage, grâce à notre entraîneur suédoise, Lena Örtendahl. Elle nous a guidées dans le choix d’un cheval de dressage et c’est alors que nous avons rencontré notre Isenbrant, un Hannovrien qui m’a emmenée aux Championnats européens et au niveau Grand Prix. Ma mère et moi entraînions ensemble ce cheval, mais elle me confiait la partie compétition, de 2000 à 2004.  Aux USA, il m’a rapporté la médaille d’or de la Fédération de dressage américaine (USDF, United States Dressage Federation). Aujourd’hui, il presque 21 ans et il est à la retraite.

Marta a rejoint l’équipe espagnole juniors, puis jeunes cavaliers. Elle a obtenu des médailles d’or aux championnats d’Espagne à Madrid, à deux reprises.

Marta Renilla: Entre2004 et 2009, ma passion est progressivement devenue ma profession et j’ai commencé à entraîner les chevaux de clients et à concourir professionnellement avec Isenbrant en Grand Prix, d’abord en Espagne, ensuite aux Etats-Unis.

Mag Et comment est né Woodlands Equestrian Club?

Marta Renilla: Woodlands Equestrian Club est né d’un rêve. Ma mère avait enseigné le dressage au Mexique et aux Etats-Unis, alors que je continuais mes études et les compétitions en Espagne. Or, en 2006, elle est décédée, à cheval. Cette horrible tragédie m’a poussée à me rapprocher de ma famille, de mon père en particulier qui travaillait à Houston. J’ai donc déménagé aux Etats-Unis et après quelques années, mon père, ma soeur Ana et moi-même avons commencé à développer l’idée de créer un centre d’entraînement équestre, centré sur le Pure race espagnole, en raison de son caractère si facile et de ses aptitudes pour le dressage. Et comme nous sommes Espagnols, c’était logique de mettre  davantage l’accent sur le PRE plutôt que sur n’importe quelle autre race. Malgré Isenbrant.

Mag Vous étiez une des meilleures jeunes cavalières d’Espagne. Et vous avez quitté votre pays. Des regrets?

Marta Renilla Absolument pas! Je suis la fille la plus heureuse du monde! J’ai des dizaines de chevaux à l’entraînement, trois magnifiques chiens et je vis avec mon fiancé Amartz, cavalier amateur. Je n’avais pas prévu de me trouver là. Mais c’est arrivé et je ne peux rien demander de plus à la vie!

NC_15629b-Renilla-ROLEX

Mag Comment se passe une de vos journée au club?

Marta Renilla Je commence à monter à cheval à huit heures du matin. Nous avons une équipe ici qui aide à préparer les chevaux et qui me permet de rendre mon entraînement plus productif. Normalement, je commence avec Presumido. Il est le principal étalon reproducteur d’un élevage PRE local. Je l’ai entraîné à partir de ses 6 ans et jusqu’en Grand Prix. Lui et moi avons obtenu le titre de Champion Grand Prix de la région 9, qui regroupe cinq États du Sud des États-Unis. Ensuite, je monte Mistico, notre 6 ans, que j’aimerais amener jusqu’au Grand Prix. Il a tellement de talents!

Normalement, j’ai des assistants et des élèves qui montent en même temps que moi, je peux donc superviser leur travail. Vers 13 heures, j’ai fini de monter, je mange quelque chose rapidement, je prends une douche et je commence à donner les cours à nos pensionnaires. J’utilise un système radio longue distance, qui me permet de d’enseigner pendant des heures très facilement. Quand j’ai un moment de libre, je rejoins ma sœur au bureau et je réponds à ses questions concernant la comptabilité et les projets, les manifestations à organiser, les chevaux à vendre, etc…

home

Mag La compétition en Amérique du Nord, est-ce différent de l’Espagne?

Marta Renilla Oui, c’est différent. Le pays est si grand que vous ne pouvez pas avoir un championnat national. Les championnats sont distribués entre cinq Etats chacun. J’ai la nostalgie des compétitions en Espagne, qui regroupaient dans un seul événements les cavaliers de tout le pays. Ici, les shows équestres ne sont pas comparables avec les standards européens, d’un niveau beaucoup plus élevé. Seuls les CDI, les compétitions internationales ressemblent aux niveaux élevés européens.

Mag Vous faites la promotion du PRE au Texas. Est-ce difficile de convaincre un cavalier texan d’acheter un cheval ibérique?

Marta Renilla Les clients américains qui connaissent la race, l’apprécient réellement, ainsi que l’entraînement que nous pratiquons ici, au club. Comme je sélectionne soigneusement les chevaux qui peuvent avoir un avenir prometteur, j’ai trouvé un accueil chaleureux ici à Houston et aux États-Unis en général. De plus, il existe plusieurs grandes organisation qui font la promotion du PRE aux États-Unis, donc on ne peut pas dire que la race est complètement inconnue. Les ibériques sont juste moins représentés dans les compétitions de dressage. Mon but est de modifier cette situation.

Mag Qu’apprécient les clients chez le PRE?

Marta Renilla Comme je  l’ai dit plus haut, la race est connue, mais surtout pour sa beauté et sa gentillesse. C’est intéressant d’observer la surprise de beaucoup de mes élèves, qui sont des cavaliers de dressage depuis longtemps, lorsqu’ils essaient un de mes chevaux et découvrent leurs mouvements uniques.

Mag Quelle discipline pratiquent les personnes qui achètent un PRE aux USA?

Marta Renilla Du dressage principalement. Pour ma part, je fais sauter tous mes chevaux, cela fait partie de l’entraînement. Mais ils ne font jamais de compétition.

_NJ23935 Norine Johnson

Mag Où achetez-vous les chevaux que vous emmenez au Texas?

Marta Renilla Normalement, nous n’achetons pas de chevaux. Les éleveurs nous les envoient ici et nous les montrons aux clients potentiels. Je recherche surtout les bons mouvements et les chevaux qui ont un potentiel. Je ne m’intéresse pas à l’extérieur, je veux des chevaux qui ont un équilibre naturel, de l’extension, qui sont capables de  devenir de bons chevaux au niveau Intermédiaire. Ces chevaux seront des compagnons parfaits pour les cavaliers amateurs, qui composent la majorité de nos clients.

Nous avons aussi des contacts avec plusieurs éleveurs en Espagne, qui nous ont envoyé des chevaux à vendre. Mais la plupart de nos éleveurs sont au Mexique, en Californie et au Texas.

Mag Vous avez quitté l’Espagne alors que vous étiez une jeune cavalière de talent qui avait obtenu de nombreux succès sur un cheval allemand. Maintenant, on vous voit monter des PRE partout sur votre site…

Marta Renilla J’ai eu la chance de concourir sur des PRE tout au long de ma carrière. Leur personnalité et leurs aptitudes au dressage sont juste incroyables! Mais j’aime les demi-sang, les warm-blood. J’ai actuellement deux Hannovriens qui constituent mon projet FEI. Mais comme le PRE est un marché de niche, nous nous sommes concentrés sur ceux qui ont les allures naturelles que l’on réclame tellement en dressage et qui viennent de notre pays.

Mag Votre prochain défi?

Marta Renilla Mon rêve serait d’arriver un jour aux Jeux équestres mondiaux.  Aujourd’hui, je concours déjà en CDI 3*. Quand j’aurai beaucoup d’expérience à ce niveau et que mon cheval de Grand Prix sera plus mûr, j’aimerais penser que les WEG relèvent du domaine du possible.

Publicités


Catégories :L'interview

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :